D’abord, cela n’existe pas.   Le dioxyde de soufre (SO2) est naturellement produit par les levures pendant la fermentation.  Il vaut mieux dire « sans sulfites ajoutés ». Aujourd’hui, de plus en plus de gens veulent des vins avec un minimum d’intervention.  Quelle conséquence cela a-t-il sur le gôut du vin ?

Il fût un temps où produire un vin sans sulfite était considéré comme impossible.  Cette pratique remonte au 18eme siècle  pour stabiliser et préserver le vin. Le S02 est à la fois un anti oxydant, un anti … bref, sans lui, le vin ne se conserve pas.  Vrai ou faux ?  Faux mais attention à ne pas le conserver dans un endroit où il fait plus de 15 degrés.  Comme il n’est pas stabilisé par des intrants, il pourrait refermenter ! Pour ceux qui ont déjà goûté les (hast) vins natures, sans sulfites ajoutés, vous aurez remarqué la forte odeur de « réduction » (cela s’apparente à des odeurs animales) et souvent le léger perlant du vin.  Pour protéger le vin « naturellement », on l’élève à l’abri de l’air (pas de soutirages…) d’où ce côté « réduit » et on laisse un peu de C02 protecteur dans la bouteille, d’où ce côté perlant.  Il se conserve ainsi mais l’expérience gustative est parfois … surprenante